Le ralentissement de l’économie chinoise devient très remarquable

économie chinoise

La Chine a atteint les hauts sommets de l’économie mondiale en l’espace de quarante années. Elle détient actuellement l’appellation de puissance mondiale. Les vingt dernières années, son PIB a été enregistré en moyenne 9% de croissance annuelle. Ainsi, le pays a gravi les échelons de la hiérarchie économique mondiale à une telle vitesse que tous les experts analystes ont en fait tout un dossier. De ce fait, ils n’ont pas manqué de signaler l’essoufflement de cette puissance chinoise à partir en 2018. Les signes de ce ralentissement commencent même à être apparents. Le sujet est important puisque c’est le monde entier qui peut en payer les frais.

Des difficultés à l’exportation

L’exportation est relevée à la baisse, une activité économique clé pour la Chine. En effet, ces dernières années, les travailleurs ruraux ne préfèrent plus rejoindre les grandes villes, un phénomène qui est décisif dans le domaine de l’exportation. La main-d’œuvre devient ainsi plus couteuse, d’autant plus que les compétences ont su se développer d’année en année et réclament plus de récompenses. Cette charge pesante influe logiquement sur les prix, d’où leur hausse significative.

Résultat, l’an passé a été le témoin de la plus faible progression du volume d’exportations de marchandises pour la Chine, et ce en référence avec les données des trente dernières années, à savoir une moyenne de régression de 5,4%. La situation n’est pas prête de s’arranger avec les sanctions que les États-Unis viennent de lancer contre le pays.

Impacts négatifs sur tous les secteurs, construction, dette et jeunesse de la population

La croissance est lourdement affectée par le retardement des mises en chantier des projets de construction. Il y aura la rareté des crédits contractés puisque le secteur occupe une part considérable au sein de ces produits bancaires, alors que, l’économie est directement visée par cette situation.

L’endettement est, cependant, élevé au niveau des foyers chinois. Les encours sont énormes puisque le PIB en 2008 de la Chine a presque doublé, à savoir 250 % en 2018 contre 145 % en 2008. Ils sont le cumul de la dette publique avec les prêts souscrits par les entreprises et les ménages (crédits à la consommation et regroupement de credit le moins cher). À cela s’ajoute l’immobilier qui expose le pays à une crise identique à celui des USA en 2008.

Concernant le facteur de l’âge de la population, celui-ci vient en prime des causes du ralentissement de l’économie chinoise. Cette démographie est obtenue de l’effet de la politique de l’enfant unique. Les travailleurs se font rares, c’est une notion de temps qui n’est pas correctement gérée.

L’économie mondiale serait touchée par la crise économique chinoise ?

L’ampleur de la décélération de l’économie chinoise est d’ordre mondial. C’est la finance qui se verra le plus sanctionnée puisque l’ouverture du pays à l’international deviendra faible, d’autant plus que la sortie des capitaux est strictement sous surveillance. Aussi, comme la Chine est un grand consommateur de matières premières, les pays fournisseurs ne peuvent pas être exempts de ralentissement au niveau des réalisations.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.